La magique  Comédie

 

 

Scènes peuplées de personnages bizarres où comédiens, baladins , musiciens de rues interrogent nos regards et nous  interpellent sur les rôles de notre vie.

Saltimbanques de cœur, ils nous ouvrent le théâtre de la magique comédie.Ce quotidien théâtrale est un lien de prédilection  pour les confessions collectives pour épurer les querelles sociales,  pour égratigner, moquer, agresser, contester les âmes bien pensante de notre respectueuse société.

Alors, je regarde et j'observe ces ballets de farce dans ce théâtre de morale hypocrite en me posant la question : " est-il possible de corriger les fourberies des hommes en les faisant rougir de honte de leurs ridicules défauts et de leurs attitudes vicieuses". Peut-être alors que ce monde serait meilleur ?

C'est avec ces observations ces interrogations que la  " Magique  comédie ", trace ces moments d'émotion théâtralisés où les facteurs de création déclament leurs discours entre le rêve et le réel.

LE  MANDARIN  MERVEILLEUX

Acrylique - technique mixte 

caisson bois 57x77- toile 33.5x41

 

LES  FOLLES  DINGUES

Acrylique - technique mixte

caisson  bois57X77- toile 33.5X77

LA  QUERELLE  DES  BOUFFONS

Acrylique technique-mixte

caisson  bois  57X77-toile  33.5X41


LES PRÉCIEUSES DISJONCTÉES

Acrylique- technique mixte

caisson bois 55x77 - toile 33.5x41

LES  ACROBATES

Acrylique- technique mixte 

caisson bois 37X50- toile 18X23.5

 RENCONTRE AVEC LE MAGE

Acrylique - technique  mixte

caisson bois 57X77- toile33.5X41


      LE  MESSAGER

      Acrylique- technique mixte

      caisson 37X50 -toile18X23.5

LE  PETIT TOM POUCE

Acrylique-technique mixte

caisson 37X50 - toile 18X23.

             DANSE AVEC ARTO

                       Acrylique - technique mixte

                   caisson bois 37X50 -toile 18X 23.5

 


LA  PROCESSION  SILENCIEUSE

                                      Acrylique-technique  mixte

                                   caisson bois37X50 - toile18X23.5

 

LE  DIABLOTIN

                                        Acrylique  technique  mixte

                                       caisson bois 37X50 -toile23.5

 


                      FERNANDO

           Acrylique- technique  mixte

        caisson bois 108.5X128 toile  73X92

 

LA PARADE DES HARMONIES SILENCIEUSES

                   Acrylique- technique mixte

caisson bois 148x180- toiles 30X90-30W90-60X73

                      Sculpture caisson 35X65

LES  BALADINS

            Acrylique-technique mixte

      caisson bois 116.5X137 -toile 80X100

 


LES  GAIS  LURONS I

                                       Acrylique -technique mixte

                                     caisson bois long 140 - haut 150

                                       toiles 27X45- 33X41- 38X42

                                                 4 toiles 11X11.5

LES  GAIS  LURONS II

                                       Acrylique-technique mixte

                                  caisson bois long 140 - haut 150                                                                    toiles  33X45-35X27.5 - 38.5X46 - X27 

                                                 2  toiles  11X11.5



Le massacre des innocents

 

 A la mémoire d'Anne Frank et de toutes les victimes du nazisme 


     A la prise de pouvoir par Hitler en 1933, personne ne pouvait imaginer les atrocités qui allaient se passer, malgré la montée de plus en plus alarmante de l'antisémitisme. Malgré la situation, beaucoup de juifs sont restés en Allemagne, ne voulant pas abandonner leurs biens, pensant que cette violence finirait par se calmer.

     Puis, les événements basculèrent dans l'horreur. La nuit de cristal du 9 au 10 novembre 1938, lors de laquelle les soldats et la population détruisirent les synagogues, les commerces, les habitations appartenant aux juifs. C'est à partir de ce moment que les juifs furent obligés d'avoir une nouvelle carte d'identité et de porter l'étoile jaune.

     Il n'y a pas de mot pour dire ce que l'on éprouve devant le martyre et la souffrance des hommes. Et ce que nous apprenons tout d'un coup nous laisse horrifiés, sans voix et dépasse l'imagination. Une immense émotion bouleverse nos sentiments, la colère envahit notre âme et l'idée d'impuissance réclame un châtiment pour ceux qui ont commis et toléré ces horreurs.

     C'est pourquoi, il me semble utile de rappeler et de témoigner pour ceux qui pourraient avoir oublié que depuis ces terribles années de 1939 à 1945, les génocides dans le monde n'ont jamais cessé d'exister. Alors, aujourd'hui, nous avons le devoir de lutter contre ces fous, ces sadiques et de donner à notre vie la force de dire: "Plus jamais ça"!

Près de soixante dix ans se sont écoulés depuis la fin de la guerre. Les témoins de cette génération disparaissent et emportent avec eux la douleur indélébile de ces massacres.

     Ma réflexion et mon travail de plasticien m'ont conduit à présenter un ensemble de peinture illustrant cette triste période de notre histoire pour ne jamais oublier que de 1933 à 1945 plus dix millions d'êtres humains, dont six millions de juifs, ont été assassinés par l'Allemagne nazie et ceux qui ont collaboré avec elle.





      Les jours heureux

 

 

 

 

   La  jeunesse de Frankfort à Amsterdam


Nuit de Cristal


Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938 se déclenche un vaste pogrom dans les villes du Reich: les synagogues, lieux de culte juif, sont détruites par des paramilitaires allemand, de même que 7500 commerces et entreprises exploitées par des juifs. Une centaine de juifs sont assassinés et près de 3000 sont déportés dans les camps de concentration. Le terme de "cristal" fait référence aux milliers de vitrines brisées par les SS, les SA et la Jeunesse Hitlérienne.

Cette nuit de violence, point culminant de l'antisémitisme dans le Reich, est totalement orchestré par les nazis suite à l'assassinat, par un jeune juif polonais, d'un diplomate allemand en poste à Paris.




Voyage vers la mort


Auschwitz


Auschwitz I, ouvert fin 1940, était un camp de concentration surtout réservé aux prisonniers de guerre et aux détenus politiques polonais ou soviétiques.

Auschwitz II - Birkenau, ouvert en 1941, était à la fois un camp de concentration et d'extermination surtout réservé aux juifs et aux tziganes.

Auschwitz III, ouvert en 1942, était constitué des usines IG-FARBEN de caoutchouc synthétique.

Auschwitz était à la fois un camp de concentration et un camp d'extermination.





 Sélection et travail forcé


Les types de travaux


Les déportés effectuaient des tâches pénibles , comme le déblaiement de terrains, le travail à la chaîne dans les usines où ils produisaient des articles destinés à aider l'économie allemande ou des munitions pour soutenir l'effort de guerre des nazis. Les cadres SS s'enrichissaient largement en louant cette main d'œuvre aux industriels.

L'espérance de vie des déportés sur ces chantiers ne dépassait pas quelques mois en moyenne.





Uniformes


Dans la plupart des camps, les uniformes étaient de règle. Les hommes portaient une veste, un pantalon et une casquette. Les femmes avaient une robe et un foulard dans le même tissu. Récupérés sur les déportés décédés, les uniformes étaient redonnés à d'autres prisonniers avec de nouveaux numéros.


 

 

 

Identification 


ethnique et religieuse 


Les triangles de couleur permettaient d'identifier la provenance des prisonniers et leur classement par les nazis.





Tatoué comme du bétail  


Chaque déporté avait un numéro tatoué sur son avant bras, et le même numéro cousu sur son uniforme, auquel s'ajoutait un ou deux badges (cala pouvait aller jusqu'à six). 


 

 

 

 

     Persécution

 

     Tragédie humaine 






   Nuit et brouillard





Retour de l'enfer


Beaucoup de prisonniers sont des ressuscités, des Lazare qui ont vu de leurs yeux le visage des morts.




 


    Paysage des ténébres

Les cris se sont tus


Nul oiseau ne chante

Dans la forêt morte

Le brouillard file

Le froid en nous ruisselle

La nuit est aveugle,

Le jour est gris.

Où donc est l'enfant,

Où donc est une femme?

Dans les hêtres funèbres

Les sarcasmes du vent...

Par le poète Franz Hackel

Camp de Buchenwald






   Le jugement






    La paix retrouvée

 

 

 

 

    


L'annexe I


Le 4 août 1944, la cachette de Anne Frank et de sa famille est découverte par les Allemands, suite à une dénonciation.

Selon certains auteurs, le dénonciateur serait un petit délinquant antisémite nommé Tonny Ahlers, qui connaissait le père, Otto Frank, et la cache qu'il a divulgué à Maarten Kuiper, un policier collaborationniste (exécuté à la libération des Pays-Bas) avec lequel il était en relation. Les dénonciateurs auraient touché leurs quarante couronnes par juif arrêté, soit à peu près 250 euros.

Tonny Ahlers est mort en 2000, sans avoir été inquiété. Ses enfants semblent convaincu de la culpabilité de leur père.





  L'annexe II